Viktor Vincent, le mentaliste : « Je n’ai aucun pouvoir surnaturel. »

Viktor Vincent mentaliste spectacle pouvoir surnaturelIl cartonne tous les soirs avec son spectacle Emprise à la Gaîté Montparnasse. Viktor Vincent le mentaliste révèle à nicetime quelques-uns de ses secrets qui lui permettent de jouer avec l’esprit des spectateurs.

nicetime : Dans votre spectacle Emprise, vous lisez dans les pensées des spectateurs, vous leur faîtes ressentir des forces invisibles,… Viktor Vincent serait-il un surhomme aux pouvoirs surnaturels ?

Viktor Vincent : Je vous arrête tout de suite ! Je n’ai aucun pouvoir surnaturel. Tout ce que je fais sur scène est rationnel. Nous sommes tous faits de la même matière. Moi y compris !

nicetime : Qu’est-ce qu’un mentaliste ?

Viktor Vincent : C’est un illusionniste qui utilise les astuces, la suggestion, la logique, les mathématiques, la psychologie, l’hypnose, l’observation, la PNL pour créer des démonstrations déroutantes comme la lecture de pensée ou la prédiction de l’avenir. Et donnent donc l’impression d’un don paranormal ou de pouvoirs surnaturels.

« Je ne suis pas voyant. Je n’ai ni le don de prédire l’avenir ni celui de l’influencer. »

nicetime : Ce n’est donc pas la même chose qu’un voyant ?

Viktor Vincent : Ah non ! À la différence des mentalistes, les voyants prétendent qu’ils ont des pouvoirs surnaturels qui leur permettent de prédire l’avenir ou même d’influencer l’avenir. Personnellement, je ne crois pas du tout à ce genre de choses. On entre dans le côté obscur avec tous ces gens prêts à abuser des autres. Tous ces voyants et autres mediums mettent en danger la vie des autres souvent à des fins financières.

Viktor-Vincent-affiche-Emprise-mentaliste spectacle pouvoir surnaturel

Viktor Vincent joue actuellement à la Gaîté Montparnasse à Paris.

nicetime : Comment êtes-vous venu au mentalisme ?

Viktor Vincent : Tout a fait par hasard ! A l’âge de 12 ans, j’ai rencontré le magicien Daniel Miraskill. Il m’a initié à la magie et a fait naître en moi le goût de l’étrange. Quelques années plus tard, lorsque j’avais 17 ans, j’ai rencontré un mentaliste, je ne l’ai rencontré qu’une seule fois mais il m’a complètement bluffé, ça a été comme une sorte de révélation. J’ai voulu en savoir plus. Pendant les années qui ont suivi, j’ai approfondi mes connaissances sur le sujet à travers des livres. Je me suis notamment intéressé à la PNL et à l’hypnose. J’ai fini par en faire mon métier. J’ai présenté mon premier spectacle en 2008 D’un esprit à l’autre au Théâtre Pixel à Paris. C’était une toute petite salle de 60 spectateurs mais ça m’a permis de faire mes armes.

nicetime : Vous avez fait du chemin depuis. Vous remplissez désormais des salles un peu plus grandes…

Viktor Vincent : Oui  je suis ravi car ça signifie que le public adhère. J’en suis aujourd’hui à mon quatrième spectacle. J’ai eu de la chance, la télévision m’a pas mal aidé à me faire connaître. J’ai ainsi participé à l’émission Ca va s’Cauet sur TF1 puis j’ai eu mes propres émissions sur France 3, Viktor Vincent mentaliste et Viktor Vincent nous bluffe. Ce sont de très belles expériences.

« Avec ce spectacle, j’ai voulu plonger les spectateurs dans l’ambiance d’une séance de spiritisme du milieu du XIXème siècle. »

nicetime : Parlez-nous d’Emprise, votre quatrième spectacle ?

Viktor Vincent : Je joue avec l’esprit des spectateurs. Avec ce spectacle, j’ai voulu les plonger dans l’ambiance d’une séance de spiritisme du milieu du XIXème siècle. Une époque bénite des médiums en tous genres qui voit s’organiser des séances de spiritisme où se mélangent croyances et superstitions. A cette époque, les médiums gardaient leurs clients sous leur emprise dans le seul but de les déposséder de leur fortune.

nicetime : Qu’est-ce que l’emprise en réalité ?

Viktor Vincent : C’est un mécanisme psychologique qui prend le pas sur l’humain. On perd notre jugement et on agit pour le bien d’un tiers. Je parle notamment d’un médium qui manipulait les bourgeois pour leur soutirer de l’argent. Jusqu’au jour où l’une de ses victimes à fini par se faire justice elle-même en le tuant ! Ces histoires restent encore aujourd’hui troublantes.

« Je joue avec le public mais je ne me joue pas du public. Je ne suis pas là pour le ridiculiser. »

nicetime : Dans ce spectacle, le public est très sollicité. Il est finalement beaucoup plus acteur que spectateur ?

Viktor Vincent : Oui, c’est le principe de ce spectacle de faire monter des spectateurs pour réaliser des expériences avec moi. Mais personne n’est obligé de monter sur scène. Tous ceux qui me rejoignent sont des volontaires. Je joue avec le public mais je ne me joue pas du public. Cette nuance est très importante pour moi. Je ne suis pas là pour le ridiculiser.

nicetime : Que vous disent-ils à la sortie ?

Viktor Vincent : Ils sont enchantés, bluffés ! Souvent ils sont très surpris car ils ne s’attendaient pas à voir un spectacle comme celui là, un spectacle aussi marquant. Je suis là pour divertir le public, c’est mon but premier !

nicetime : Est-ce que vos facultés vous servent dans la vie de tous les jours ?

Viktor Vincent : Ça sert souvent pour convaincre ! Par exemple, lorsque l’on veut aller au cinéma avec des amis, j’arrive à les convaincre d’aller voir tel film plutôt qu’un autre. Idem pour le choix d’un restaurant.  Si un soir, j’ai envie de manger italien plutôt que chinois, j’arriverai à orienter mes amis vers l’italien ! Je peux aussi déceler le mensonge dans mon entourage. C’est plutôt amusant !

Propos recueillis par Nicolas Nissim

Viktor Vincent à la Gaîté Montparnasse à Paris (mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche). Pour réserver vos places, cliquez ici.