Philippe Lellouche, David Brécourt et Christian Vadim : ils sont de retour au théâtre !

Le temps qui reste mort amiLes trois comédiens retrouvent les joies du théâtre dans la pièce Le temps qui reste. Ils assistent à l’enterrement de leur ami d’enfance. L’occasion pour eux de révéler leurs envies, leurs rêves, qui vont être pour le moins surprenants…

Ils sont de retour ! Deux ans après le succès de L’appel de Londres, Philippe Lellouche, David Brécourt et Christian Vadim remontent sur les planches. Depuis le 3 octobre, ils sont à l’affiche de la pièce Le temps qui reste sur la scène du théâtre de la Madeleine à Paris.

Le temps qui reste : une pièce autour de leur thème récurrent : l’amitié.

Après avoir joué les trentenaires dans Le jeu de la vérité et Le jeu de la vérité 2 puis les quadras dans L’appel de Londres, les voilà quinquas dans Le temps qui reste. Une pièce autour de leur thème récurrent : l’amitié. Exit en revanche Vanessa Demouy (que l’on retrouvait dans les précédentes pièces des trois comédiens). Et bienvenue à Noémie Elbaz alias Emma.Affiche-Le-Temps-qui-resteCette fois, le trio, composé d’Adrien, Paul et Franck, se retrouve avec Emma leur amie d’enfance pour un moment douloureux : l’enterrement du cinquième laron inséparable de la bande, disparu subitement à l’âge de cinquante ans. Le choc et la peine sont immenses. Du coup, ils vont se retrouver à faire un point sur leur passé, mais surtout sur l’urgence de bien vivre le temps supposé qu’il leur reste.

Le-Temps-qui-reste-noemieEt oui, car comme le fait remarquer l’un des personnages, « la mort qui normalement touche les vieux entre dès lors dans le domaine du possible ». Les cinq amis réalisent alors qu’il est temps de prendre leur destin en main. Et de vivre enfin la vie qui va vraiment les rendre heureux. « On a tous raté quelque chose » se désolent-ils. Chacun à leur façon, ils vont prendre des décisions destinées à modifier le cours de leurs vies. Ce n’est pas parce qu’on a commis des erreurs dans le passé, qu’il faut continuer d’en commettre dans le futur…

On se régale avec quelques répliques savoureuses…

Si les dialogues sont réussis, le thème de la pièce reste finalement assez banal. Il flotte comme un air de déjà vu. Mais qu’importe ! On se régale avec quelques répliques savoureuses : « C’est tragique, j’ai passé dix ans avec une femme qui était une conne en fait », « Ce qui est vraiment tragique, c’est qu’elle t’a pris pour un con, en plus ! » ou encore : « Avoir de l’argent pour soi c’est comme avoir une discothèque sur une île déserte, ça ne sert à rien. »

Allez-y ! Vous y passerez un bon moment. Et vous en ressortirez quelque peu grandi. Et qui sait, vous ressentirez vous aussi le besoin de prendre votre destin en main !

Par Nicolas Nissim

Le Temps qui reste, au théâtre de la Madeleine 19 rue de Surène, 75008 Paris, depuis le 3 octobre, du mardi au samedi à 21h et le dimanche à 16h. Réservations: 01 42 65 07 09

Crédits photos : D.R.